Bergamotte (11_V2).JPGentree_refuge_V2.jpgmaison_retraite_v2.jpg005_V2.jpgentree_v2.jpgancenne_photo_v2.jpgChatterie _ v2.JPGJody-Irish.jpgchatterie  __v2.jpgOndine13.jpgchatterie_V2.JPGla_chatterie.jpg

l’Est républicain de ce jeudi 19 août 2021  Par Stéphanie MANSUY

Pas de pause pour le refuge du Mordant qui continue à prendre soin des chats et chiens sans maître même en été. Si le gérant Antoine Guérin note un « surplus » d’abandons, ceux-ci ont lieu toute l’année, pas spécifiquement à cette période.

 Pas de vacances pour Antoine Guérin. L’été comme le reste de l’année, le gérant du refuge du Mordant continue à veiller sur ses protégés et entretenir le site de la route de Villey-Saint-Etienne. Le tout avec une équipe allégée d’un salarié, Michel, qui après 38 ans de service, a pris sa retraite. Le refuge emploie donc trois personnes : Fabrice (30 ans d’ancienneté au compteur), Antoine (42 ans) et son fils, Anthony (en poste depuis 7 ans).
  Antoine Guérin ne quitte pas ses protégés l’été et profite même de la période pour améliorer les infrastructures. Photo ER /S.M
 
Les abandons

Leur nombre n’est pas exceptionnel cet été, précise d’emblée le gérant. « S’il y a un surplus à la belle saison, on a des abandons toute l’année ». Depuis mi-juin, 49 nouveaux chiens ont intégré le refuge, se retrouvant sans maître suite à des décès, des propriétaires débordés par leur animal ou étant sans moyen pour les soigner.

Antoine Guérin signale en effet que les opérations s’avèrent onéreuses. Le Mordant débourse 50.000 € de soins vétérinaires à l’année. Trois chiens opérés ont récemment coûté 2.400 €. « La médecine animale a fait des progrès, on a recours à des spécialistes… mais on n’a rien sans rien et avec un petit salaire, il est difficile de soigner son animal. » Aussi, pour faire face à ces dépenses impromptues, l’homme conseille aux propriétaires de contracter une mutuelle pour leur animal.

Du côté des félins, une soixantaine, dont beaucoup de chatons, a été recueillie par le refuge ces derniers mois. « Les chats tant qu’on ne les stérilisera pas, on n’y arrivera pas ! » Antoine Guérin en profite pour alerter : « les mairies doivent prendre leur responsabilité pour éviter la surpopulation. Si on en stérilise dix à raison de 120 € par chat, ces dix-là seront faits. Si la collectivité reste passive, ça lui coûtera 7.000 €, voire 8.000 € en deux ou trois ans ».

Une soixantaine de félins a grossi les effectifs de la chatterie ces derniers mois. Photo ER /Stéphanie MANSUY

Les adoptions

Si elles ont été gelées durant le confinement , les adoptions de canidés ont repris. La semaine dernière, sept à huit chiens ont trouvé leurs nouveaux maîtres. Idem pour les chats, régulièrement placés. Certains petits se réservent même à l’avance pour être accueillis une fois l’âge de deux mois atteints.

L’accès au refuge

Il reste restreint en raison de la pandémie.. Point positif pour les animaux qui sont, du coup, moins agités. Les seules visites autorisées concernent les candidats à l’adoption. L’accueil des promeneurs adhérents à l’association du Mordant continue toutefois du mercredi au vendredi, les après-midi. Ces bonnes âmes se voient confier un chien à l’entrée pour l’emmener en balade dans les bois environnants.

Les travaux et des futurs parcs de détente

Le Mordant fourmille de projets. 75 m de clôture viennent d’être changées, la toiture de la maison de retraite refaite et son chauffage va être remplacé. L’équipe envisage d’aménager des parcs de détente pour permettre aux chiens de se dégourdir les pa-pattes.

Les finances

Le refuge continue à survivre sans subvention, mais accuse une baisse de ses donateurs qui inquiète le gérant. La nourriture reste en revanche offerte par les centrales d’achats, animaleries, collecte, et autres dons des bénévoles.

 

l'est républicain de ce mercredi 9 juin 2021

l'est républicain du lundi 12 octobre 2020.

Stand de gâteaux  et boissons lors du marché aux fromages du 10 octobre 2020

L'Est Républicain 09 octobre 2020

 Le refuge du Mordant organise un marché aux fromages de France, ce samedi 10 octobre 2020 de 13 h 30 à 17 h 00.

 L'équipe du refuge du Mordant attend les visiteurs samedi pour son marché aux fromages 19 sortes de fromages seront sur le marché
Dix-neuf sortes de fromages (raclette, tome du Jura, munster, chaource, camembert, St Nectaire, coulommiers, chèvre, brebis…) seront proposées. Il y aura aussi des yaourts (nature, vanille, fraise et myrtille), des crèmes desserts régionales au chocolat et caramel. Antoine Guerin, qui est à la tête du refuge, propose aussi une balade fléchée en forêt avec les chiens du refuge. Cette journée a pour but de venir en aide au Mordant. L’intégralité des bénéfices sera reversée au refuge afin de financer la nourriture, les frais vétérinaires, le chauffage afin que les animaux passent un bon hiver. « 2020 est une année très difficile car aucune manifestation n’a eu lieu, suite à l’épidémie de Covid-19, notamment celle du 1er Mai qui est la plus importante de l’année pour le refuge », souligne Antoine Guerin, qui en profite pour remercier particulièrement les fromageries qui participent à cet évènement pour les soutenir.

 

L'Est Républicain Toul 21/08/2020 La canicule, le refuge du Mordant a appris à vivre avec, au fil des étés. Chaque matin, le béton des box des chiens est lavé et donc rafraîchi et les gamelles sont remplies plusieurs fois par jour d’eau. Un filet de camouflage et une tonnelle de 20 m anti-UV ont été installés pour protéger les box qui n’étaient pas ombragés jusque-là et un long tuyau d’arrosage troué court en hauteur pour servir de brumisateur aux locataires. Enfin, quasiment tous les box ont une petite piscine, et une plus grosse est campée à l’entrée pour accueillir les chiens à tour de rôle, quand ils sortent et/ou rentrent de promenade.

     
     
     
     
     
     
     
     
     

 

L'Est Républicain Toul du 21 août 2020

La canicule, le refuge du Mordant a appris à vivre avec, au fil des étés. Chaque matin, le béton des box des chiens est lavé et donc rafraîchi et les gamelles sont remplies plusieurs fois par jour d’eau. Un filet de camouflage et une tonnelle de 20 m anti-UV ont été installés pour protéger les box qui n’étaient pas ombragés jusque-là et un long tuyau d’arrosage troué court en hauteur pour servir de brumisateur aux locataires. Enfin, quasiment tous les box ont une petite piscine, et une plus grosse est campée à l’entrée pour accueillir les chiens à tour de rôle, quand ils sortent et/ou rentrent de promenade.

Mesures sanitaires oblige, le refuge du Mordant reste fermé au public. Les promeneurs bénévoles se voient confier un chien à la grille du site, et ceux qui s'occupent de la chatterie pénètrent masqués. Un mal pour un bien : le gérant des lieux, Antoine Guérin, a constaté que la baisse de fréquentation du refuge rendait les animaux plus calme, moins stressés. L'an passé, l'équipe du refuge a installé une tonnelle de 20 m anti-UV pour abriter les box non ombragés
La protection protège autant de la chaleur que du froid. Chaque matin, le béton des box lavé rafraîchi les animaux. Dans les box court aussi un tuyau troué qui sert de brumisateur. "Ce qui permet d'économiser l'eau", note le gérant.
Si des coquillages remplis d'eau équipent la plupart des box, une piscine est également installée à l'entrée. Les jours de grosses chaleurs, les chiens s'y rafraîchissent avant et/ou après la promenade. Et ils ont l'air d'apprécier !

 

L'Est Républicain du 16 avril 2020

Antoine Guérin, gérant et propriétaire du refuge du Mordant, a décidé de ne pas rouvrir les lieux, même s’il y est autorisé. Ses arguments : le refuge est loin d’être plein et, selon lui, toutes les conditions ne sont pas réunies pour que les adoptions se fassent au mieux.

Le ministère de l’Intérieur autorise, depuis le 16 avril, les déplacements exceptionnels pour aller adopter des animaux de compagnie. Quelle est la position Antoine Guérin, gérant et propriétaire du refuge du Mordant ?

Le refuge du Mordant va-t-il rouvrir ses portes ?

II s’agit d’une tolérance, afin de désengorger les refuges saturés en cette période de confinement, ce qui n’est pas le cas du Mordant. Nous avons enregistré très peu d’abandons, souvent de maîtres placés en maisons de retraite ou décédés, mais aucun lié au coronavirus. Le refuge est loin d’être rempli, heureusement. Il sera donc fermé jusqu’à la fin du confinement pour le bien-être des animaux et des employés.

Avez-vous des demandes d’adoption en ce moment ?

Oui, surtout depuis l’annonce du gouvernement, les demandes n’arrêtent pas. Pourtant, toutes les conditions ne sont pas réunies. Un animal ne se choisit pas par photo sur Internet, ce n’est pas un objet. Il faut une, voire plusieurs rencontres avec toute la famille. Adopter durant le confinement va habituer l’animal à une présence quasi permanente et à un mode de vie qui va totalement changer lors de la reprise du travail des maîtres, ce qui risque d’engendrer des troubles du comportement : destructions, aboiements intempestifs, etc. Je ne souhaite pas que ces adoptions du mois d’avril deviennent des abandons du mois d’août !

Comment vit le refuge sans adoption et sans manifestation ?

Et aussi sans subvention car je suis un refuge privé, certainement le dernier en France. Je puise dans la trésorerie, que je vois fondre au fur et à mesure des jours et des semaines. Vivant uniquement de dons, cela commence à être extrêmement difficile sachant que le coût mensuel minimum de fonctionnement s’élève à 15 000 €. Une cagnotte solidaire sur le site Facebook du refuge du Mordant a été mise en ligne. Elle va permettre de payer une partie des frais fixes, charges, salaires, électricité, nourriture… qu’il faut continuer à payer.

L'Est Républicain du 29 mars 2020

L'Est Républicain du 25 février 2020

Un nouveau préau pour les chiens du Mordant

 

 Antoine Guérin a installé un préau en kit, léger et solide pour protéger les pensionnaires du soleil et de la pluie.

 
 Antoine Guérin, en vrai passionné, ne manque pas une occasion d’améliorer le bien-être de ses protégés dès que sa trésorerie lui permet d’aménager son refuge qui fait sa fierté. En ce mois de février, il a installé un préau aluminium en kit. La toiture en plaques polycarbonates transparentes, permettant de bloquer les rayons UV et protégeant des intempéries, couvre une partie des boxes extérieurs sur 16 m de long et 5,50 m de large. Un réel confort pour les pensionnaires.

Soutenu par ses fidèles donateurs - certains datant même de la création du refuge, lancé par son père en 1964 - il est toutefois devenu vital pour le refuge d’organiser plusieurs manifestations dans l’année pour aider la structure, qui vit sans subvention. La prochaine en date : un repas dansant, organisé samedi 14 mars à la salle polyvalente de Villey-Saint-Étienne.

➤  Réservation obligatoire au 03 83 43 01 48

L'Est Républicain du 09 février 2020

Roland Magdane visite le refuge où il a adopté un chien

Le célèbre humoriste Roland Magdane ne manque jamais l’occasion de saluer son ami Antoine Guérin, gérant du Refuge du Mordant. Ce samedi encore, après son spectacle joué à la salle Poirel de Nancy, l’artiste et son épouse se sont arrêtés à Villey-Saint-Étienne.
Par Tony ROBIN avec notre correspondante locale
 

L’amitié est si forte que « Roland ne manque jamais de nous appeler pour les fêtes ou les anniversaires ».  Photo ER

L’amitié entre Antoine Guérin et Roland Magdane remonte à l’hiver 2014. La star cherche à adopter « un beauceron, assez sociable pour s’entendre avec plusieurs chats et les autres chiens qu’il a déjà chez lui », se souvient Antoine Guérin. L’humoriste contacte alors des associations spécialisées, qui lui conseillent d’appeler le Refuge du Mordant.

Antoine Guérin se souvient très bien du premier échange téléphonique entre les deux hommes : « Un peu avant Noël 2014, je reçois un coup de fil d’un homme qui me dit clairement qu’il est du show-biz, et il se présente sous le nom de Roland Magdane. J’y crois moyennement, car je me méfie toujours de ce genre d’appels. On discute, puis il me dit que sa femme est du coin, de Pompey, et je poursuis la conversation avec elle ».

Magdane est d’accord pour adopter tout de suite le beauceron du Refuge du Mordant , mais il ne peut se déplacer avant le début de l’année suivante. « Alors je lui propose d’amener le chien moi-même ».

Roland Magdane a adopté un chien du Refuge du Mordant

Antoine Guérin débarque alors entre Noël et Nouvel An chez la star, dans les Alpes-Maritimes (06). « Avec lui, le lien d’amitié s’est créé tout de suite car sa simplicité et son amour des bêtes nous ont rapprochés naturellement ». L’amitié est si forte, que « Roland ne manque jamais de nous appeler pour les fêtes ou les anniversaires ».

Autre signe de sa fidélité, «  il passe nous rendre visite au refuge à chaque fois qu’il joue dans le coin  ». D’autres stars, et pas des moindres, comme Annie Cordy, Fernandel ou Mylène Demongeot ont également signé le livre d’or du Refuge du Mordant. Mais « avec Roland, ça va au-delà », reprend Antoine Guérin. « Au départ, lui et moi ne sommes pas du même monde, pas de la même classe sociale. Et notre amitié perdure, c’est beau ».

Tellement beau que, samedi soir, Roland Magdane n’était pas calfeutré dans une chambre d’hôtel ou dans un salon VIP de Nancy après son spectacle salle Poirel, mais en visite au Refuge du Mordant, entre Toul et Villey-Saint-Étienne. Là même où il avait adopté Joyce, il y a cinq ans.

Joomla templates by a4joomla